Catégories
Psychologie de l'enfant

Pourquoi je mords ? je vous explique…

Maman, papa je ne suis pas méchant. Je ressens votre peine, votre colère ou votre désarroi quand on vous dit que j’ai mordu, griffé, tapé un autre enfant.

Mon cerveau n’est pas encore assez mature. Je ne suis pas en capacité de contrôler mes pulsions et mes émotions. Alors parfois mon seul moyen d’expression est de mordre.

Vous avez sans doute remarqué que je mettais tout à la bouche, je suis dans la phase orale, besoin de tout découvrir en goûtant, pour découvrir le monde, les personnes et les objets.

Les frustrations qui peuvent être nombreuses en crèche, m’amènent parfois à réagir d’une manière agressive. Les jeux sont souvent l’occasion de bousculade et de conflit de territoire.

Donc si je joue avec un jouet et qu’un autre enfant me le prend des mains parfois je n’arrive pas à contrôler mes émotions, à dire « non » comme on me le demande, et donc mon premier geste est de me défendre en poussant, en griffant, en mordant. Comme lorsque je suis dans mon espace et que quelqu’un vient accaparer mon terrain de jeu.

Mais parfois je veux montrer que j’aime beaucoup quelqu’un et donc je vais faire un bisou en mordant.

Et oui mordre peut signifier un acte de défense, d’agressivité mais aussi d’amour.

Les raisons peuvent donc être multiples : j’ai besoin de quelque chose, j’ai besoin d’attention, je suis en quête de nouvelles découvertes, je suis anxieux, en colère ou bien trop content.

Apprends-moi à gérer mes émotions.

Me donner un jeu que je peux mordre, des poupées, des balles ou des jouets en tissu que je peux lancer si je suis en colère, une cabane ou l’on est tout seul pour m’isoler. Mais aussi peut-être me mettre à disposition des peluches pour réconforter, le doudou, la tétine. Mais aussi me donner des repères pour que je me sente sécurisé dans la crèche et dans le déroulement de la journée. Des livres qui reprennent mes actes.

Mais surtout reprends mon geste plutôt que moi directement. J’ai quand même besoin de personnes fiables, stables et sécures qui continuent de me choyer même si j’ai fait un geste qui ne convenait pas. Comme Laurence Rameau le dit « Il ne sert à rien de stigmatiser ou de gronder l’enfant mordeur, bien au contraire, c’est d’une attention bienveillante dont il a besoin et qu’il faut lui fournir. Sans évidemment tout lui laisser « tout faire » et sans applaudir des deux mains à cette morsure, il convient de consoler tout autant l’enfant mordu que de s’occuper sur le plan affectif de l’enfant mordeur. »(Un bébé à la crèche)

Après avoir repris mon geste et rassuré l’enfant que j’ai poussé, griffé, mordu, je peux passer un gant sur le bobo de l’enfant. Si l’enfant n’est pas d’accord car il a encore peur, pourquoi ne pas prendre une poupée, la soigner et la prendre dans les bras.

Ainsi en sus de soigner, de rassurer, j’apprendrais les gestes qui rassurent et développerais mon empathie.

Virginie Maillard explique en dessins que ces petits qui griffent, mordent ou tapent ne sont ni méchants, ni violents ! Je vous mets des livres à disposition et je parlerai dans un prochain article des émotions. Chloé FREBOURG.